fruits moches
produits et légumes moches
Source : images issues d’une recherche Google

Dans le cadre d’une étude que je fais sur les fruits et légumes proposés sur le marché, la question que je me suis posée était sur les produits moches et leurs apparences.

selon certains critères, on les a bien sélectionnés soit par taille, soit par couleur, poids ou autres.

  • Comment ça se fait que tous ces produits soient si jolis?
  • Y en a-t-il parmi qui sont mis à l’écart et qu’on ne les voit jamais sur les rayons des magasins?
  • Si c’est le cas, où sont-ils triés et sélectionnés?
  • Que fait-on de ces produits disqualifiés et exclus?

Afin de bien comprendre le phénomène, on doit savoir ce qu’est un produit disqualifié. Deux types de produits répondent à cette question :

1. Produits moches

C’est un produit frais, de qualité, mais considéré comme moche pour être mis sur le marché (peut-être trop petit, trop gros ou difforme, décoloré).

fruits décolorés, moches, laissés dans les champs.
Source : recherche Google

2. Produits en surplus

fruits et légumes moches, en surplus dans les magasins
Source : recherche Google.

Produit en surplus et ne trouve pas de preneurs, ils représentent : soit le surplus d’inventaire chez les grossistes, soit chez les fermiers qui n’arrivent pas à les vendre.

En effet, le marché exclu Ces deux types. Dans le but de savoir comment on se comporte à leur égard, une recherche fructueuse sur Google a répondu sur ma question : SecondeVie[i]


SecondeVie, collecte et commercialisation

Elle a pour but de réduire le gaspillage alimentaire et de réduire l’impact environnemental. Elle revalorise les fruits et les légumes moches en les proposant sous forme de paniers et les livre dans un réseau grandissant de points de chute.

Afin de combler leurs besoins, SecondeVie les offre à des institutions tels que les hôpitaux et les écoles ainsi que des particuliers.


Enfin, ce qui est logique est que tous ces produits, qu’ils soient jolis ou moches, sont tous valides pour la consommation.

La question qui se pose : à quoi bon de ne pas les commercialiser comme tout autre produit? S’ils vont tous finir dans une assiette comme celle-ci en bas.

Une fois sur notre plat, ne veut-on pas savoir si ce légume était moche?
source : https://bit.ly/2Au4uLI

[i] Entreprise montréalaise existe depuis 2015 lien site web Seconde Vie

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *